LE P O R T I Q U E CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN DU HAVRE
L P

Hors les murs

...Philippe Ramette...
Abbaye-aux-Dames, Caen

Du 05.07.2018 au 16.09.2018

  • Présentée par la Région Normandie et Le Portique

Pour sa première programmation hors-les-murs, Le Portique centre d'art contemporain régional du Havre investit l'Abbaye-aux-Dames, à Caen. L'artiste Philippe Ramette y présente une sélection d'œuvres (photos, objets et sculptures), retraçant, à travers différents médiums, une partie de sa carrière.

Point de départ de cette exposition, des photos prises à Deauville, liens visuels avec la Normandie. Réalisés en 2014, ces clichés marquent la reprise du travail photographique de l'artiste parisien qui, pendant un temps, avait mis cette pratique entre parenthèses. "Après un temps de pause, ces photographies évoquent la reprise de ce travail photographique à un rythme moins soutenu que les sessions préalables. Elles marquent un moment particulier dans ma pratique", explique Philippe Ramette.

Généraliste, la sélection opérée par Patrick Lebret, commissaire de l'exposition, permet de découvrir le travail protéiforme de l'artiste. "Les photographies ont une signification particulière : je m'y mets en scène, saisissant, par le cliché, un instant de ma propre vie. Portraits à l'échelle de ma propre vie, elles ont été réalisées par séries entières à une époque. Aujourd'hui, je continue d'en réaliser, mais à un rythme irrégulier, en fonction de mes intuitions et de mes envies. L'exposition de Caen permet d'ouvrir le regard sur d'autres productions et de faire dialoguer mes différentes œuvres, reconstituant une temporalité artistique et personnelle."

À travers 14 pièces, se raconte une carrière d'artiste. Ainsi, des sculptures, noyau dur du travail de Philippe Ramette, viennent dialoguer avec ces clichés, libérant l'artiste de la contrainte du portrait, exercice auquel il s'est soustrait pendant quelques années : " Il a fallu à un moment que je m'éloigne de mon personnage. La photo, "Éloge de la clandestinité", atteste de cette démarche et de ce désir d'émancipation. J'y apparais différemment, en gros plan, éloigné du personnage que j'ai constitué, comme si j'étais en clandestinité à l'intérieur de mon propre travail." Dans les sculptures, il est aussi question de corps, d'habiter l'espace ou de s'en extraire pour mieux le réinventer. "Prison portable" ou "casque miroir", les pièces se glissent dans un interstice, celui de l'univers créé par l'artiste, où le corps, entre contraintes et protection, se débat pour mieux se libérer.

"Les casques miroir ne remplissent pas la fonction affichée initialement. Ils ne protègent pas, mais ils permettent aux visiteurs, par le reflet de leur image, de dialoguer avec le site d'exposition et d'introduire une dimension personnelle et individuelle dans la contemplation. Quant à "la prison portable", je suis très heureux de la présenter car c'est une pièce que je montre rarement. Elle marque une étape importante dans mon propre parcours car elle termine une série d'objets à fonction particulière que j'ai réalisée : paradoxalement, le corps y est mis en prison, mais c'est aussi une invitation à repenser le rapport à l'objet, à la sculpture", commente l'artiste.

Cette exposition estivale caennaise met en scène l'inconscient constructif de Philippe Ramette, matérialisant une filiation : celle du créateur à sa création. L'occasion d'une déambulation poétique et d'une promenade irrationnelle dans un univers qui se joue des paradoxes : entre apparition et disparition, affirmation du corps et évanescence du physique... Autant d'états et de rapports au monde que le travail de Philippe Ramette interroge et met en scène, conviant les visiteurs à renouveler leur regard sur la réalité et son insaisissable fragilité. Associations inhabituelles, improbables rencontres, théâtralisation de l'absurde et du tragi-comique, les œuvres de l'artiste jouent sur la perception, sollicitant l'éveil de tous les sens, pour explorer un univers artistique, dont les frontières sont sans cesse repoussées, redessinées. Un monde qui dépasse et transcende les limites physiques, invitation à l'élévation. Du spirituel dans l'art ? L’Abbaye-aux-Dames, site prestigieux, offre ici un bel écrin à Philippe Ramette et les défis lancés à un monde dans lequel il s'inscrit, tout en multipliant les échappatoires et les possibilités de fuite. Être là, tout en abolissant les repères et codes : un jeu sur la présence et l'absence qui raconte la vie de chacun, entre réel et aspiration à un ailleurs.

–> Dossier de presse

Permalien