LE P O R T I Q U E CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN DU HAVRE
L P

Change is Good
Music is Good

Du 14.05.2011 au 02.07.2011

Change is Good est un duo de graphistes composé de José Albergaria et Rik Bas Backer. Tous deux revendiquent l’éclectisme de leurs goûts et centres d’intérêts : le spectre est large et va de la cuisine à la musique. Leur nom sonne comme une affirmation, un slogan : le changement est favorable et fait du bien. Change is Good est représentatif de la démarche graphique actuelle : à la croisée des chemins, le duo explore les approches trans- et pluridisciplinaires. Change is good inscrit le changement, le passage d’une discipline à une autre, au cœur même de sa problématique et de son travail. Tantôt, c’est l’aspect classique du graphisme qui est développé en répondant aux commandes des institutions et autres clients, en réalisant des affiches, tantôt c’est la nouvelle vague du graphisme qui est explorée, mêlant leur activité professionnelle à celle de DJ, flirtant avec les codes de l’art. Ils mixent les sons, les images, ainsi que les cultures et les champs d’application artistique. Music is Good est donc un projet syncrétique qui s’étale, s’expose sur les murs du Portique en quatre temps, quatre volets. L’exposition s’ouvre et se déploie, semblable à un livre que l’on feuillette. Ce parcours permet de découvrir les différentes productions (grands formats picturaux, affiches) du duo et de couvrir tous les champs qui les intéressent. On découvre alors des toiles aux couleurs éclatantes sur lesquelles se côtoient des reprises d’œuvres d’art célèbres (sorte d’icônes devenues signalétiques, balises dans l’histoire de l’art) et des reproductions de produits de consommation.

À ces travaux de commande répond une proposition élaborée spécialement pour Le Portique. Change is Good présente un travail spécifique sur des pochettes de disque, mettant à l’honneur la musique au sein du dispositif. Des pochettes uniques, réalisées pour La Saison Graphique, habillent les murs et mettent en scène leur univers musical, inscrivant le duo dans la lignée de ceux qui les ont inspirés. Cette culture rock les a bercés, culture à laquelle ils rendent hommage, comme un retour aux sources, comme la matérialisation d’un héritage référentiel qui a construit l’identité visuelle du duo. La frontière est aujourd’hui indicible entre les disciplines : on les sait fans de cuisine, ils ont créé la communication visuelle des fooding sessions à Paris et on pense alors à Peter de Bie qui mêle art culinaire et spectacle vivant. On les sait fans de musique, ils composent spécialement une bande-son pour accompagner les pochettes créées pour l’événement. La pochette de disque, l’artwork, c’est Peter Saville, mais c’est aussi Warhol et son travail pour le Velvet Underground ou encore les Rolling Stones avec Sticky Fingers, l’incursion de l’art dans l’industrie musicale. Pour Music is Good, ce mélange des genres est privilégié. L’art contemporain n’est pas absent dans ce projet : on retrouve la signalétique, les néons et lettrages lumineux qui ont alimenté le travail de Joseph Kosuth, Bruce Nauman, Cerith Wyn Evans. La typographie prend de l’ampleur, du volume et éclaire l’ensemble du dispositif. Le message s’énonce clairement : la seule marchandise à vendre, c’est le bien-être. Le duo nous livre une vérité, sa vérité : Music is Good. La seule valeur qualitative revendiquée est celle de l’émotion et la recherche d’un bien-être, d’une cohésion, d’une harmonie.

Tel un slogan, l’exposition scande son nom : la musique est proposée comme remède à tous nos maux, l’art envisagé comme la possibilité d’un changement, voire comme la réalisation d’une utopie. Utopie d’un monde en mouvement, en recherche perpétuelle, en mutation … Change is Good nous rappelle ainsi qu’il n’est rien de constant, si ce n’est le changement.